fr
A A A

 

Accompagnementpour les étudiants dyslexiques


La dyslexie est le trouble le plus connu parmi les « Troubles spécifiques du langage » (TSL). Il est la conséquence de dysfonctionnements neuro-cognitifs qui ne permettent pas d’accéder automatiquement à la reconnaissance des mots et à leur représentation orthographique. L’ensemble des troubles du langage peuvent affecter l’acquisition, l’organisation, la rétention, la compréhension ou le traitement de l’information verbale ou écrite ainsi que la production verbale ou écrite. Parmi les autres troubles spécifiques des apprentissages, on peut citer : la dyscalculie, la dyspraxie, les troubles visio-spatiaux, la dysgraphie, les troubles de l’attention…

Il faut souligner que les personnes présentant de tels troubles sont dotées d’une intelligence nor-male, seule une des composantes cognitives est défaillante.

La dyslexie en particulier est un ensemble de difficultés spécifiques et durables des apprentissages fondamentaux de la lecture et de l’orthographe chez un sujet ayant fréquenté normalement l’école présentant par ailleurs : un niveau intellectuel normal, une absence de troubles sensoriels ou perceptifs (audition, vue) et sans lésions cérébrales, pathologies neurologiques ni trouble enva-hissant du développement.

Le critère de durabilité implique qu’on ne parle de dyslexie qu’à partir du moment où l’écart de performance avec la population correspondant au sujet évalué est significative et déterminée après un bilan médical et neuropsychologique.

Dans l’état actuel des connaissances, les causes sous-jacentes expliquant ce trouble sont le plus souvent :

  • un déficit de la conscience phonologique (perception et manipulation des phonèmes) ;
  • un déficit de la mémoire verbale de travail (ce que l’on peut maintenir en langage et en temps réel en mémoire immédiate) ;
  • un déficit de la dénomination rapide (capacité à passer d’une modalité visuelle à son expression en langage oral) ;
  • un déficit du traitement de l’information visuelle.


On distingue 2 types de dyslexie :

  • la dyslexie acquise : troubles de la lecture consécutifs à un traumatisme ou à une lésion cérébrale ;
  • la dyslexie développementale : ensemble des difficultés spécifiques de l’enfant lors de l’ap-prentissage de la lecture.
     


La dyslexie va se traduire pratiquement par :

  • Une lecture lente et inexacte (décodage) : les personnes atteintes de dyslexie lisent plus lentement ; elles ont tendance à mélanger les lettres et les mots ; à sauter des mots ou à confondre les lignes quand elles lisent ; elles ont du mal à accentuer les mots dans une phrase et à associer chaque mot avec sa signification exacte. Cela provoque des problèmes de compréhension de lecture, de traitement de la mémoire et du texte. Les personnes dyslexiques éprouvent des difficultés à lire, notamment à haute voix.
  • Une mémorisation inexacte (encodage), c’est-à-dire des difficultés à avoir une bonne orthographe ; les personnes dyslexiques éprouvent des difficultés à prendre des notes ; elles ont tendance à confondre les lettres qui ont la même forme ou qui représentent les mêmes sons ; elles oublient ou rajoutent des lettres, des mots ou des fins de mots quand elles écrivent ou lisent ; elles font de nombreuses fautes d’orthographe même si elles connaissent les règles d’orthographe et de ponctuation.


Difficultés les plus courrantes à l’université :
 

Lors du processus d’apprentissage, les personnes dyslexiques auront très probablement des difficultés avec :

  • La prise de notes manuscrite : les étudiants dyslexiques trouvent extrêmement difficile d’écouter et d’écrire en même temps, notamment si leurs notes doivent être précises et prises rapidement
  • La compréhension orale : des problèmes avec la compréhension d’informations complexes et d’instructions
  • L’acquisition d’une langue étrangère
  • Les examens écrits
  • La mémorisation de nouveaux termesou encore de termescompliqués, difficiles à prononcer
  • L’organisation et la gestion de leur travail : prévoir des activités, définir des objectifs et identifier les priorités.


Stratégies d’enseignement pour les étudiants dyslexiques
 

Les cours et les conditions de passation des épreuves d’examens / concours doivent être ajustés en fonction des besoins individuels de l’étudiant et de ses difficultés d’apprentissage. Lorsque vous enseignez à des étudiants dyslexiques, vous pouvez :
 

  • Fournir à l’avance une liste du vocabulaire nouveau afin que les étudiants aient suffisamment de temps pour maîtriser le vocabulaire et apprennent à l’utiliser dans un contexte particulier
  • Distribuer à l’avanceun document pour la conférence / le cours. L’étudiant dyslexique pourra se concentrer sur le contenu du cours dans la mesure où il/elle n’aura pas à prendre de notes
  • Utiliser du matériel pédagogique audiovisuel, des documentaires télévisés ou des vidéos relatifs au sujet traité.
  • Utiliser des polices lisibles (taille minimale : 24) lorsque vous donnez une présentation. Limiter la quantité de données affichées sur chaque diapositive à plusieurs points clés
  • Organiser les présentations et les discussions en petits groupes. Ceci donne aux étudiants l’occasion d’essayer du vocabulaire nouveau dans un contexte restreint et moins stressant
  • Etre conscient du fait que les étudiants dyslexiques ont besoin de plus de temps pour formuler leurs pensées
  • Evaluer la contribution de l’étudiant individuellement et se concentrer exclusivement sur son contenu
  • Tolérer les fautes d’orthographe mineures
  • Encourager les étudiants à formuler des questions et y répondre en utilisant un langage simple. Il est souhaitable que vous illustriez vos propos par des exemples spécifiques
  • Fournir des documents avec des indications pour que les étudiants vérifient leurs erreurs
  • Envisager  d’utiliser des couleurs différentes pour les sujets différents
  • Fournir les définitions claires des nouveaux symboles ; fournir les symboles avec leurs définitions verbales
  • Permettre aux étudiants d’utiliser un logiciel qui facilite leur processus d’apprentissage (par exemple un logiciel d’édition, spécifique ou non, choisi par l’étudiant avec l’aide du RHSE s’il ne connaissait pas auparavant ces outils de compensation)
  • Permettre aux étudiants d’utiliser des ordinateurs portables. Les personnes dyslexiques ont du mal à écrire pendant une longue période. Prendre des notes peut être très fatigant et stressant pour eux. L’utilisation de logiciel de dictée vocale peut être interessante.
  • Encourager les étudiants à utiliser leurs ordinateurs portables et/ou à préparer des listes contenant les tâches à effectuer. Cela peut les aider à planifier leurs activités et à hiérarchiser leurs tâches.


Les aménagements d’examens:
 

Par examen, il faut entendre les épreuves partielles, terminales, les concours et les contrôles continus.
Rappelons que le décret et la circulaire N° 2011-220 du 27-12-201141 encadrent précisément l’organisation des examens et concours de l’enseignement scolaire et de l’enseignement supérieur pour les candidats présentant un handicap. Rappelons également que si chaque établissement doit respecter la circulaire précitée, c’est lui qui définit et communique la procédure suivant laquelle tout étudiant handicapé peut déposer une demande d’aménagement d’épreuves pour les examens ou concours relevant de ses compétences.

Généralement, cette demande est déposée auprès de la structure d’accueil des étudiants han-dicapés mais peut également l’être auprès du médecin du SUMPPS désigné par la CDAPH. Rappelons que ce dernier, membre de l’équipe plurielle, émet obligatoirement un avis d’aménagement au regard de la nature des épreuves.

L’autorité administrative prend alors la décision et la transmet à l’intéressé et au service organisateur des épreuves.
Les aménagements aux épreuves sont toujours définis par rapport à chaque situation individuelle, néanmoins, pour les étudiants dyslexiques, peuvent être préconisés notamment :

  • Le temps majoré : la circulaire précise que l’étudiant devra bénéficier d’une période de repos suffisante entre deux épreuves prévues dans la même journée. La durée totale de composition de la journée doit également être prise en considération.
  • L’utilisation d’un matériel informatique équipé si nécessaire de logiciel adapté à la personne et que l’étudiant a déjà utilisé pendant ses études.
  • Adaptation de support : certaines adaptations peuvent être envisagées aussi bien pour les épreuves écrites qu’orales.
  • Aménagement des épreuves de langues vivantes : à définir en fonction des besoins spécifiques de l’étudiant et en étroite collaboration avec le département de formation.


Néanmoins et comme pour toute situation de handicap il conviendra de veiller à ce que ces aménagements soient en adéquation avec les modes d’évaluation des compétences ou si ce n’est le cas, adapter les conditions d’examens pour que les compétences requises par le diplôme soient évaluées en tenant compte de besoins spécifiques de l’étudiant.
 

Référence :

 

  • Bogdanowicz M., Ryzyko dysleksji. Problem i diagnozowanie [Un risque de dyslexie. Problème et méthode de diagnostic], Gdańsk 2003.
  • Nowak-Adamczyk D., Perdeus-Białek M., Szczocarz U. (red.), Wyrównywanie szans. Osoby niepełnosprawne na studiach przyrodniczych [L’égalité des chances. Les étudiants souffrant de handicap en sciences naturelles], Kraków 2011.
  • Matériel pédagogique provenant du manuel pour le personnel enseignant académique développé dans le cadre du programme DARE 2 (www.DareProject.eu).
  • Guide l’accompagnement de l’étudiant handicapé  à l’université – Conférence  des Présidents d’Université-2012- www.cpu.fr


Vous trouverez ci-dessous des exemples de cartes mentales pour les étudiants dyslexiques utiles pour l’apprentissage :

de cartes mentales
 de cartes mentales 2